Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Conf Tech d'Arcachon

    Récemment, j'ai participé à un colloque à Arcachon sur les nouvelles technologies. Pour un passionné de technologie tel que moi, c'est évidemment une aubaine : cela me permet de distinguer les inventions qui peuvent potentiellement chambouler nos existences. Et celle qui m'a vraiment convaincu lors de ce colloque, c'est sans conteste le projet des bus autonomes. Les premiers véhicules autonomes s'implantent en effet progressivement dans le paysage urbain. S'ils ne sont pour le moment qu'en phase de test, l'enthousiasme que montrent les politiciens pour ceux-ci montre qu'ils vont rapidement se développer à plus grande échelle. Le paysage urbain de Minority report est donc à deux doigts de se concrétiser. A vrai dire, je n'ai pas cru pendant longtemps en cette technologie. Je prenais trop de plaisir à conduire pour penser qu'il était possible de confier ça à un autre. Mais ne plus devoir conduire permet d'avoir plus de temps à soi. Au volant, le conducteur sera donc bientôt plus concentré sur son smartphone que sur la route. Car les bénéfices que proposent ces chauffeurs du futur sont innombrables. Il y a évidemment la question évidente de la sécurité : un programme informatique ne s'énerve pas au volant, ne quitte pas des yeux la route pour discuter avec son passager, n'est pas soumis à la fatigue. En clair, l'IA est la conductrice modèle, et va clairement participer à améliorer la sécurité routière. Mais ce n'est là qu'un début. D'autres avantages sont également à mettre dans la balance, car la machine va aussi : déposer ses occupants puis se garer plus loin, ce qui permettrait de diminuer le nombre de parkings en ville ; lui faire ses courses ; polluer moins... Et la liste est loin d'être exhaustive ! Je crois que vous l'aurez compris : je suis curieux de voir tout ça à l'oeuvre, et j'ai été enchanté par colloque. D'ailleurs, voilà l'agence qui l'a mis en place, si ça vous intéresse : j'ai bien aimé l'organisation et la réactivité dont elle a fait preuve. Suivez le lien vers l’organisateur de ce séminaire à Arcachon.

  • La mèche de Lennon

    Une mèche de cheveux du fondateur des Beatles a été vendue aux enchères à Dallas (Sud des Etats-Unis) pour un montant de 35.000 dollars (31.450 euros). C’est un collectionneur britannique qui a fait l’acquisition de cette "relique". Il a préféré rester anonyme. La mise à prix était de 12.000 dollars (10.783 euros), rapportent les médias internationaux, citant la maison d'enchères Heritage Auctions. ?La boucle de cheveux de Lennon, d’une longueur de 10 centimètres, a été coupée en 1966 à Hambourg par le coiffeur Klaus Baruk. John Lennon a séjourné dans cette ville durant le tournage du film "Comment j'ai gagné la guerre" (How I Won the War). M.Baruk, qui a coupé les cheveux du musicien avant le début du tournage, a conservé cette mèche de Lennon durant plus de 50 ans. Les organisateurs des enchères affirment que c'est la plus longue mèche de cheveux de John Lennon jamais mise en vente. Parmi les lots, on trouve un disque "Please Please Me", signé par les musiciens du groupe et d'autres raretés. How I Won the War ("Comment j'ai gagné la guerre") est un film britannique de Richard Lester sorti en 1967 et interprété par Michael Crawford et John Lennon. C’est durant le tournage de ce film à l'automne 1966, à Almeria (Andalousie), que John Lennon compose le morceau Strawberry Fields Forever. Le film est sorti en France le 14 février 1968. Une des photos des Beatles signée par l’ensemble des membres du groupe est partie pour la somme de 42.500 dollars (38.190 euros). En 2004, une des mèches de cheveux de John Lennon avait été vendue dans la ville espagnole de Gerona (Nord-est de l'Espagne) pour un montant de 4.500 dollars (4.043 euros). En 2015, une boucle du 16e président des Etats-Unis, Abraham Lincoln, a été vendue pour 25.000 dollars (22.465 euros). Les raretés liées au groupe The Beatles coûtent assez cher. Par exemple, le disque vinyle The Quarrymen est considéré comme un des disques les plus chers du monde. Il s’agit du premier single des futurs Beatles (à l’exception de Ringo Starr), enregistré en 1958. Selon les experts, ce disque coûterait la bagatelle de 200.000 dollars (179.720 euros). Mais il est impossible d'acheter ce disque, car le seul exemplaire appartient à Paul McCartney, qui le garde bien au chaud. Chacune des copies, enregistrées en 1981, est évaluée à plus de 15.000 dollars (13.479 euros). The Beatles est un groupe musical britannique originaire de Liverpool, composé de John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr. Il demeure, en dépit de sa séparation en 1970, l'un des groupes de rock les plus populaires au monde. En dix ans d'existence et seulement huit ans de carrière discographique (de 1962 à 1970), les Beatles ont enregistré douze albums originaux et ont composé plus de 200 chansons.