Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • L'impunité en Argentine

    En Argentine, des procès publics ont été organisés pour juger les crimes contre l’humanité perpétrés sous le régime militaire entre 1976 et 1983. Entre 2006 et décembre 2016, 173 jugements ont été rendus, portant à 733 le nombre total de personnes condamnées. En mai, un verdict historique a été rendu dans l’affaire de l’opération Condor, un plan coordonné des services de renseignement lancé dans les années 1970 par les régimes militaires qui gouvernaient alors de fait l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, le Paraguay et l’Uruguay. Reynaldo Bignone, président de facto de l’Argentine à l’époque, a été condamné à 20 ans de réclusion. Quatorze autres responsables militaires ont été condamnés à des peines d’emprisonnement. En août, un jugement a été prononcé dans l’affaire emblématique de La Perla, concernant des centres de détention clandestins dans la province de Córdoba : 28 personnes ont été condamnées à la réclusion à perpétuité. Neuf peines allant de deux à 14 ans d’emprisonnement ont également été prononcées, et six personnes ont été acquittées. La commission bicamérale créée en 2015 par la Loi n° 27.217 pour identifier les acteurs économiques et financiers ayant collaboré avec la dictature militaire n’avait toujours pas été mise en place en décembre. L’audience publique du procès pour entrave à l’enquête sur l’attentat perpétré en 1994 contre l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA), dans lequel 85 personnes avaient été tuées, se poursuivait. L’exprésident Carlos Menem, un ancien juge et d’autres anciens fonctionnaires de haut rang se trouvaient parmi les accusés. Le principal dossier lié à cet attentat était au point mort depuis 2006. En août, le parquet chargé de l’affaire a reconnu Augusto Daniel Jesús comme étant la dernière victime non encore identifiée.