Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

La création d’entreprise

La création d’entreprise véhicule un certain nombre d’images portant sur un entrepreneur indépendant, dynamique, créateur d’emplois et de richesses dont la réhabilitation dans les années 80 est allée de pair avec la stabilisation d’un phénomène de chômage de masse. Pourtant à l’examen de l’évolution du nombre d’indépendants sur une série longue, on se rend compte que le modèle du travailleur indépendant régresse par rapport au modèle salarial dominant: les non salariés ayant vu leur part réduire de moitié sur les quarante dernières années. Bien sûr, le travail indépendant perdait pied au profit du travail salarié principalement dans les années 60 et 70, mais nous souhaitons faire remarquer que la (ré)apparition, depuis une quinzaine d’années, du thème de la création d’entreprise traduit, en fait, une forte demande sociale que l’on fait porter à l’entrepreneuriat, plus qu’une réalité qui admet le salariat comme modèle dominant de cette fin de siècle. Mais l’association entre le travail indépendant (des personnes non salariées exerçant à leur compte et des chefs d’entreprise) et une création d’entreprise (unité produisant des biens et fournissant des services destinés à être vendus sur le marché et jouissant d’une autonomie de décision), n’est-elle pas abusive? En effet, ce glissement d’un individu à une entité ne va par de soi et on peut se demander si la personne exerçant une profession libérale est un créateur d’entreprise et si l’artisan, au savoir-faire difficilement transmissible, laisse derrière lui une unité dissociable de sa personne, l’inscription au fichier SIRENE ne garantissant pas, elle non plus, la survie d’une entreprise avec des taux d’échec de 50% à 5 ans, stables dans le temps. Au vrai, l’engouement de la fin des années 80 semble retombé et l’on réalise qu’une idée d’affaire portée par un individu volontaire est insuffisante pour faire naître une entité juridique nouvelle qui perdurera au-delà de son fondateur, le travailleur indépendant n’étant pas synonyme d’entité collective et des intentions de projet de création ne suffisant pas pour qu’une création d’entreprise se réalise. En fait, l’entreprise nouvelle, au-delà de ce qu’on attend d’elle, constitue surtout un terrain d’expérimentation privilégié où l’on assiste à l’adoption d’un projet individuel par un collectif composé des différents acteurs du processus qu’ils soient le fondateur, les salariés s’ils existent, les clients et fournisseurs ainsi que les diverses parties prenantes. C’est aussi l’occasion unique d’examiner la concrétisation des intentions des acteurs, des idées vagues aux ambitions clairement affichées prenant corps et les intentions se transformant en réalisations.

Les commentaires sont fermés.