Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Vienne en hélico

De passage à Vienne pour une journée (pour le travail, malheureusement), et n'ayant pas le temps matériel pour découvrir tous ses trésors, j'ai décidé de tous les découvrir d'un coup, lors d'un vol en hélicoptère au-dessus de la ville. A défaut d'avoir pu voir ses richesses de près, j'ai ainsi pu en avoir une vue d'ensemble. Lors de cette visite touristique un peu étrange, un édifice en particulier a cependant attiré mon attention : le fameux opéra de Vienne. Amateur de musique classique que je suis, c'est évidemment sur lui que mon regard est resté fixé, saisi à l'idée de toutes les représentations qui s'y sont jouées. Et comme le pilote était également un fin connaisseur de sa ville, j'ai pu bénéficier d'un cours d'histoire en plein ciel sur le bâtiment. :) A bien des égards, celui-ci constitue d'une certaine manière le coeur culturel de Vienne depuis 150 ans. En 1857, l’empereur François-Joseph annonça d‘ambitieuses transformations pour sa capitale, dont la création de boulevards et d'un certain nombre de bâtiments publics. Vienne avait déjà une réputation d‘excellence du point de vue de la musique : il lui fallait donc un opéra capable de rivaliser avec ceux de Vienne et de Milan (celui de Paris n'était alors qu‘en projet). Les travaux du Staatsoper (« opéra d’Etat ») débutèrent en 1863 pour s'achever en 1869. L'édifice se dressait sur le Ring, un immense boulevard circulaire entourant le cœur de la ville, et ponctué de superbes immeubles. Le « Théâtre d'opéra de la cour impériale et royale » (c'est ainsi qu’on l‘appelait à l'époque) eut pour architectes Eduard Van der Nüll et August Sicard von Sicardsburg qui avaient remporté le concours d’attribution en 1858. Les deux hommes ne virent cependant pas la fin des travaux, puisque tous deux moururent prématurément en 1868. Leur réalisation avait en outre été sévèrement critiquée par les habitants de la ville, mécontents de l’aspect néo-Renaissance du Staatsoper. L'opéra fut cependant inauguré le 25 mai 1869 et la première œuvre jouée fut le Don Giovanni de Mozart. Les splendides colonnades érigées tout le long du Staatsoper n’ont pour égal que l’impressionnant foyer et le majestueux escalier. La Gobelinsaal, salon décoré de belles tapisseries des Gobelins représentant des scènes de La Flûte enchantée, porte aujourd’hui le nom du compositeur Gustav Mahler. Il y a également un salon de thé où François-Joseph recevait ses hôtes durant l‘entracte. Le Staatsoper fut très endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale, mais fidèlement restauré et rouvert le 5 novembre 1955 avec une représentation du Fidelio de Beethoven. Au final, mon seul regret aura été de ne pas être resté assez longtemps pour profiter d'une représentation. Qu'importe, ce n'est que partie remise. Et en attendant d'y retourner, j'ai décidé de m'offrir un autre vol en hélicoptère, la première fois m'ayant bien plu. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce de baptême en hélicoptère à Vienne.

Les commentaires sont fermés.